Jolies lueurs
Rencontres & Portraits

L’ânesse dans le cerisier, douceur & savons dans le Vallespir.

Salut à vous !

Aujourd’hui dans la rubrique « Rencontres & portraits », je vous emmène découvrir la douce Chloé et son activité atypique en Vallespir : la fabrication de savons au lait d’ânesse.

Après un parcours mêlant agriculture, nature & voyage, Chloé s’est lancée en 2018 dans l’aventure de la fabrication de savons au lait d’ânesse Bio à Céret. L’âne, c’est un animal rustique, adapté aux climats chauds et secs, donc idéal pour la végétation méditerranéenne du Vallespir.

Chloé récolte une toute petite quantité d’un lait (0,5 voir 1 litre par jour) qui est réputé pour ses bienfaits et ses vertus pour la peau. Pour produire ce lait, les ânons doivent être laissés sous la mère. Ainsi, le bien-être animal est au cœur de la démarche d’élevage.

Une fois sevrés (Après plus d’un an !) les petits sont valorisés grâce à des activités d’éco-pâturages et peut-être par la suite à travers des balades. (L’un des nombreux projets de Chloé).

Chloé ne possède pas de terres, elle doit sans cesse rechercher des terrains mis à disposition par des propriétaires. En échange, elle propose de l’entretien grâce aux ânes, mais ces recherches ne lui facilitent pas toujours la tâche !

Produire des savons au lait d’ânesse, ça consiste en quoi ?

Une partie du travail se passe dans les champs, auprès des ânes et des ânesses (Brindille, Héole, Neige, Catiminy, Haïku et Ixy), entre la traite, les soins et les déplacements d’un terrain à l’autre.

L’autre facette du travail de Chloé se passe dans son petit laboratoire situé au cœur d’un dédale de ruelles à Céret. Elle y confectionne ses savons. Elle a choisit la saponification à froid, qui utilise moins d’énergie et conserve mieux les propriétés des matières premières.

Aujourd’hui, elle dispose d’une gamme de 4 savons. Aux 20% du délicat lait d’ânesse s’ajoutent des matières premières Bio et locales dès que c’est possible.

Une synergie de lait d’ânesse, d’huiles essentielles et de « good vibes » pour prendre soin de sa peau et de la planète !

Un portrait tout en douceur…

Avec leurs grandes oreilles et leur regard tendre, on ne peut que tomber sous le charme des ânes. J’ai été touchée par la douceur émanant d’eux et de Chloé.

J’apprécie particulièrement l’idée qu’il n’y ait pas de séparation déchirante entre la mère et son petit. Le lait est partagé entre l’éleveuse et l’ânon. De ce respect mutuel se tisse un lien très fort en l’éleveuse et ses animaux.

En tous points, le projet de Chloé mérite d’être connu et valorisé. Bien-être animal, mise en valeur de l’économie locale, entretien du paysage, création de cosmétiques sains et packaging minimalistes pour limiter les déchets… la démarche de Chloé est intimement liée à la biodiversité et au commerce local.

Moment de douceur entre l’ânon et sa mère.

Où se procurer les savons de « L’ânesse dans le cerisier » ?

On peut retrouver les savons de « L’ânesse dans le cerisier » au marché de Céret le samedi matin, ainsi que dans certains magasins Bio et boutiques d’artisans du Vallespir. Bonne nouvelle, depuis peu un site internet avec une boutique vous permet d’acheter les savons de Chloé en ligne ! D’ailleurs, vous pourrez y retrouver l’ensemble de ses produits, des infos & même certaines de mes photos. C’est → ICI

L’ânesse dans le cerisier est présente sur  → Facebook ← ou → Instagram

Vous pouvez également retrouver cet article dans le magazine “Oxytanie” de décembre/janvier/février 2020.

Merci à toi Chloé pour ton accueil et ta spontanéité.
Merci de rappeler qu’à Céret on peut aussi trouver une vraie sensibilité au bien-être animal !

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez l’épingler sur Pinterest:

 

Trouvez l'inspiration

Vos petits mots

  • Répondre
    Kikimagtravel
    18 septembre 2019 à 21 h 14 min

    Merci beaucoup pour ce très beau portrait ! On sent à travers ton article la passion de Chloé et l’amour qu’elle porte à ces ânes ! Un très beau métier qu’on apprécie découvrir à travers ton regard !

    • Répondre
      jolieslueurs
      1 octobre 2019 à 12 h 27 min

      Merci ma kiki ♥ On a besoin de plus de personnes comme elle pour embellir le monde ♥

  • Répondre
    Corinne - La World Coolture
    18 septembre 2019 à 23 h 59 min

    Merci pour ce beau reportage qui donne un peu d’espoir sur le commerce local et les circuits courts.
    On sent beaucoup d’amour et de douceur dans ces photos !

    • Répondre
      jolieslueurs
      1 octobre 2019 à 12 h 29 min

      Merci à toi 🙂 Je suis tellement d’accord, on a besoin de plus d’initiatives de ce genre pour (re)créer du lien avec le commerce local (et puis moins abîmer la planète par la même occasion).

  • Répondre
    la lykorne illettree
    29 septembre 2019 à 15 h 28 min

    Les photos sont magnifiques ! Un très beau reportage et la découverte d’un métier qui doit être passionnant…

    • Répondre
      jolieslueurs
      1 octobre 2019 à 12 h 30 min

      Merci beaucoup pour ton retour ! On est loin des élevages intensifs, c’est sûr. Un vrai métier, un savoir faire unique et surtout beaucoup de bienveillance…

Répondre