Jolies lueurs
En France Pyrénées Orientales

Arbres remarquables des Pyrénées-Orientales : un patrimoine naturel & insolite.

Salut à vous !

Aujourd’hui, je vous emmène découvrir les arbres les plus remarquables et insolites des Pyrénées-Orientales. La liste est loin d’être exhaustive et cet article sera régulièrement remis à jour au fil de mes découvertes.

« Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme. »
(Victor Hugo)

Depuis toujours, je suis fascinée par les forêts. J’aime leurs atmosphères sylvestres, leurs ambiances mystérieuses et l’odeur de l’humus qui tapisse le sol. J’aime le bruissement des feuilles mortes sous mes pas, la vie qui crépite entre les branches et les secrets que l’on devine au détour des sentiers. Les forêts sont comme un monde à part, où le temps semble s’étirer différemment. D’ailleurs, si j’ai besoin de me ressourcer, c’est au milieu des arbres que je me sens le mieux.

Partir à la rencontre des arbres remarquables des Pyrénées-Orientales, c’est découvrir un patrimoine naturel épatant et unique. Ce sont de véritables pépites dénichées au cœur des forêts et j’espère vous donner envie de rencontrer ces géants centenaires…

Les « Arbres remarquables » des Pyrénées Orientales et de France :
Quelques mots à propos du Label.

L’association « A.R.B.R.E.S. » (Arbres Remarquables: Bilan, Recherche, Études et Sauvegarde) et l’Office National des Forêts (ONF) œuvrent ensemble une démarche de préservation et de mise en valeur des arbres remarquables en France.

Ainsi, depuis l’an 2000 il existe un label « Arbre Remarquable de France ».
Il est attribué aux communes, collectivités, établissements publics et propriétaires privés possédant un arbre exceptionnel. Ils signent un accord avec l’association et s’engagent à l’entretien, la sauvegarde et la mise en valeur de l’arbre concerné.

Plusieurs critères sont retenus pour attribuer ce Label. On peut citer notamment l’âge de l’arbre. Il est estimé en consultant des archives et en s’appuyant sur son environnement et ses caractéristiques. On peut également prendre en compte sa hauteur, sa circonférence, ses particularités esthétiques ou encore biologiques.

Toutes les infos concernant l’association & le label sont à retrouver → ICI

Notez que les arbres cités dans cet article ne sont pas forcément dotés du Label « Arbres remarquables » mais ils n’en restent pas moins incroyables !

 

Le « Fajàs d’en Baillette », un Hêtre remarquable dans la forêt du Vivier

Pour cette première découverte, rendez-vous dans le village du Vivier et sa forêt communale éponyme nichée au creux des Fenouillèdes. Au départ du village, un joli sentier forestier serpente entre les châtaigniers, jusqu’au maître des lieux : le « Fajàs d’en Baillette ».

Le nom latin du Hêtre est « Fagus Sylvatica » qui devient en occitan  « Fajàs ». Je n’en sais pas plus sur le patronyme de cet arbre majestueux…

Ainsi, le Fajàs d’en Baillette est un géant âgé de plus de 500 ans qui veille sur la forêt depuis des siècles. Il s’élève à 30 mètres de haut, pour 5m75 de circonférence.

Cet arbre imposant est entouré d’une petite clairière. La forêt semble retenir son souffle lorsqu’on le découvre enfin : c’est une véritable rencontre. Il y a quelque chose de solennel à se retrouver là, pour contempler d’un air songeur cet arbre séculaire. Le soleil perce à peine à travers son feuillage, l’ambiance lumineuse autour de lui est singulière. Un vrai sentiment de sérénité s’empare de nous…

Comment le trouver ?

On peut effectuer une belle boucle d’environ 4h de marche passant aux abords de cet arbre, sinon comptez environ 2h aller/retour depuis le village pour rejoindre le Fajàs. La fiche rando est à retrouver → ICI

 

Le Genévrier millénaire d’Opoul

Voici une belle découverte grâce à Caroline du blog « Gris fluo & green ».

Le Genévrier d’Opoul, gardien millénaire des Corbières, veille sur son royaume de vignes depuis des lustres.

Le genévrier cade est un arbuste typique de la côte méditerranéenne. Celui d’Opoul, bien qu’il ne soit pas démesurément grand fait plus de 4 mètres de circonférence. Cet arbre incroyable est âgé de 1700 ans. MILLE-SEPT-CENT ans. Rien que d’y penser, j’en ai le tournis. Cet arbre a traversé des dizaines de siècles et il est toujours là, imperturbable. Sa ramure dense lui donne une allure onirique.

Ce spécimen légendaire a d’ailleurs donné son nom à la propriété sur laquelle il se trouve, baptisée en son honneur « Le domaine du vieux genévrier ».

Comment le trouver ?

[EDIT / Février 2021 : Suite à des dégradations survenues sur le Genévrier millénaire, les propriétaires ont décidé d’en interdire l’accès afin de le préserver. Il est encore possible de découvrir cet arbre si vous êtes clients du Domaine du Vieux Genévrier. Respectez la quiétude des lieux et surtout, respectez cet arbre magnifique qui a traversé les âges !]

Rendez-vous à « La belle Auriole » où un panneau vous indiquera la direction de l’arbre. Scrutez les vignes, vous l’apercevrez sans tarder. N’hésitez pas à suivre les indications de Caroline pour dénicher cet arbre.

 

Le Chêne Liège de Reynes, l’un des plus imposants en Europe

Lorsqu’on évoque les arbres remarquables des Pyrénées-Orientales, impossible de faire l’impasse sur le chêne-liège de Reynes. Cet arbre monumental est l’un des plus imposants spécimens de son espèce recensé en Europe, rien que ça !

Il faut reconnaître qu’avec sa hauteur de 20 m, sa circonférence de 5,60m à 1 mètre du sol,  et son poids est estimé à 6 tonnes, il a de quoi impressionner.

Son âge est estimé à 300 ans, une existence plus qu’honorable. D’ailleurs, le propriétaire des lieux affirme avoir « retrouvé par hasard au marché aux puces de Perpignan, une sorte de guide de voyage datant de 1891 (…) dans lequel l’auteur mentionne déjà ce chêne incroyable » (extrait d’un article de l’Indépendant)

Comment le trouver ?

Rien de plus simple, rendez-vous au Mas Santol à Reynes. Le Chêne se trouve en contrebas, à droite du Mas.

Voilà pour l’instant ! Cet article est loin d’être terminé car j’ai déjà repéré plusieurs arbres exceptionnels à découvrir dans le 66 : Un If millénaire dans la forêt de la Massane, un Hêtre encore plus immense que le Fajàs d’en Baillette à deux pas du Néoulous, un arbre ancré dans la pierre à l’ermitage de Galamus (déniché par @Kiki) et bien d’autres…

« Une poignée de terre forestière contient plus d’organismes vivants qu’il y a d’êtres humains sur Terre. »
(Peter Wohlleben – La vie secrète des arbres)

En attendant, vous pouvez prolonger la balade avec la découverte des plus beaux parcs & jardins des Pyrénées-Orientales.

Cet article vous a plu ? Vous pouvez l’épingler sur Pinterest ou le partager sur les réseaux sociaux pour le rendre plus visible 😉

Trouvez l'inspiration

Vos petits mots

  • Répondre
    Fenouillèdes, 7 lieux à découvrir absolument - Blog Kikimag Travel
    9 décembre 2020 à 17 h 30 min

    […] Le saviez-vous ? Le platane qui se situe à l’intérieur de l’Ermitage a été planté à 1782. Il pousse au milieu de la Roche, sans eau. Un trésor de mère nature qui fait partie des arbres les plus remarquables des Pyrénées-Orientales. […]

  • Répondre
    Kikimagtravel
    10 décembre 2020 à 0 h 59 min

    Cet article est absolument fabuleux dès les premières phrases je suis emportée dans un univers rempli de magie. Ces arbres n’attendaient que toi et ton objectif ! C’est canon et j’ai hâte de découvrir la suite !

    • Répondre
      jolieslueurs
      11 décembre 2020 à 23 h 12 min

      Merci beaucoup pour ton retour ! J’espère qu’on découvrira d’autres arbres insolites ensemble 🙂

  • Répondre
    Itinera magica
    20 janvier 2021 à 20 h 41 min

    J’étais sûre que tu allais citer Peter Wohlleben – je l’attendais, j’ai adoré ce livre ! J’aime infiniment la dimension si poétique et sensible de tes articles… il y a tellement de beauté et d’émerveillement dans tes textes et superbes photos, un pur amour du monde ! Je t’embrasse

    • Répondre
      jolieslueurs
      20 janvier 2021 à 23 h 28 min

      Merci beaucoup pour ton message, ça me touche particulièrement venant de toi et ta plume si soignée 🙂 Un pur amour du monde, c’est tout à fait ce que je ressens malgré toutes ses contradictions… Quant à Peter Wohlleben, quel bouquin passionnant !

  • Répondre
    Jade Traveels
    22 janvier 2021 à 15 h 39 min

    Je ne connais que le deuxième grand arbre mais c’est sur que je vais prochainement partir à la recherche des autres !! 😀

    • Répondre
      jolieslueurs
      25 janvier 2021 à 11 h 26 min

      De belles découvertes en perspective 🙂

Répondre